Enter any Slogan or Link here.

Estrogène 411 : Quelle quantité peut devenir toxique?

L’œstrogène, comme d’autres hormones, est dérivé du cholestérol et est un messager chimique qui indique aux tissus comment se comporter. Considérez cette hormone comme un doigt qui actionne un interrupteur pour rendre la pièce plus lumineuse. Il existe trois types courants d’œstrogène produits naturellement que vous devriez connaître. L’estrone (E1) qui n’est présente que chez les femmes post-ménopausées. L’estradiol (E2) qui est produit par les ovaires est l’œstrogène le plus puissant utilisé pendant la période pré-ménopausique de la vie d’une femme. L’E2 pourrait être un facteur de problèmes de santé chez les femmes, notamment d’endométriose, de fibromes et de cancers. Enfin, l’estriol (E3) qui n’est produit en quantités importantes que pendant la grossesse. L’E3 est l’œstrogène le plus faible et il ne peut pas être converti en estradiol ni en estrone. D’autre part, l’E1 peut être convertie en E2 et inversement. La testostérone peut également être convertie en estradiol à l’aide de l’enzyme aromatase. Chez les femmes pré-ménopausiques, l’aromatase est fabriquée principalement dans les ovaires. Après la ménopause, les cellules adipeuses des cuisses et des fesses constituent les principaux sites de production d’œstrogènes. Étant donné que l’accumulation de graisse est fréquente à la ménopause, la connexion œstrogène-graisse peut devenir un cercle vicieux.

Les œstrogènes environnementaux et à domicile
Les hormones produites à l’extérieur du corps contribuent également à la charge hormonale. Connus sous le nom de xénoestrogènes (signifiant œstrogènes « étrangers »), ces produits chimiques sont pratiquement identiques aux hormones endogènes. Ils se fixent sur les sites récepteurs d’œstrogènes et « incitent le corps » à croire qu’ils sont des œstrogènes, ce qui les fait agir comme des œstrogènes dans le corps. Nous sommes exposés aux xénoestrogènes dans les produits de soins personnels, notamment les shampooings, les déodorants, les lotions pour le corps et les cosmétiques par le biais de produits chimiques comme les phtalates, le bisphénol A et les produits de papier blanchis au chlore, ainsi que les engrais, les pesticides et les herbicides utilisés dans les aliments que nous consommons, et même dans l’air que nous respirons. Les pilules contraceptives sont également des œstrogènes endogènes. 

Les symptômes d’une surcharge d’œstrogène
Les œstrogènes doivent exister dans un équilibre délicat avec la progestérone et la testostérone. Cependant, en raison d’une telle exposition aux œstrogènes, il est facile de voir comment nous pouvons en devenir surchargés. La dominance en œstrogènes est associée à la stérilité, aux symptômes du syndrome prémenstruel, aux règles abondantes, aux problèmes de sommeil et de mémoire, à l’anxiété et aux sautes d’humeur, aux seins fibrokystiques et douloureux et à la prise de poids, entre autres préoccupations. Un taux élevé d’œstrogènes a également été associé au cancer de l’endomètre, aux caillots sanguins, aux accidents vasculaires cérébraux et au dysfonctionnement de la thyroïde.

Le foie est responsable de la métabolisation de l’œstrogène par le biais des deux phases de la voie P450. Au cours de la phase 1, le foie métabolise les xénoestrogènes et d’autres substances étrangères, les hormones stéroïdiennes et les médicaments. Cette voie agit soit en rendant le composé plus favorable à l’eau et en facilitant son élimination par les reins, ou en ajoutant un groupe réactif. En phase 2, ces composés dangereux sont davantage traités pour être éliminés. Cependnt, des problèmes peuvent survenir lorsque ces composés dangereux persistent. Pour soutenir votre foie de manière proactive, vous devez limiter votre consommation de xénoestrogènes et favoriser les voies de détoxification de votre foie.

Œstrogène 911
Puisque l’enzyme aromatase nécessaire pour convertir d’autres hormones en estradiol est répandue dans les cellules adipeuses, la libération d’un excès de graisse corporelle peut être utile pour rétablir l’équilibre en œstrogènes. (Puisque l’œstrogène encourage la production de graisse, bien sûr, ça peut devenir un cercle vicieux.) Lisez attentivement les étiquettes afin d’éviter d’acheter des produits de soins personnels et pour la maison contenant des xénoestrogènes.

Mangez des légumes crucifères, notamment des choux de Bruxelles, du brocoli, du chou et du chou frisé plusieurs fois par semaine. Ces légumes contiennent un composé appelé sulforaphane qui est à la fois un antioxydant, un antimicrobien et un anti-inflammatoire et qui peut également soutenir la fonction hépatique. Les légumes crucifères fournissent également de l’indole-3-carbinole (I3C), qui produit du diindolylméthane (DIM) lors de la digestion. L’I3C et le DIM favorisent tous deux un sain équilibre en estrogènes. Bien sûr, l’inconvénient pour certaines personnes est que les légumes crucifères peuvent poser des problèmes de digestion.

ESTROsmart peut aider
En matière de soutien d’équilibre hormonal, ESTROsmart offre un mélange sur mesure de nutriments soutenus par la recherche. Le sulforaphane, issu du germe de brocoli BroccoPhane®, apporte une aide anti-oxydante au foie sans provoquer de troubles digestifs. En plus de favoriser un métabolisme sain des œstrogènes, ESTROsmart offre également un soutien antioxydant grâce à l’indole-3-carbinol et à l’extrait de thé vert, tandis que le DIM contribue à réduire la gravité et la durée des symptômes associés aux douleurs mammaires récurrentes (mastalgie cyclique). La curcumine anti-inflammatoire est un puissant antioxydant, et l’extrait de romarin est habituellement utilisé en phytothérapie pour aider à soulager l’indigestion flatulente. Le D-glucarate de calcium peut amplifier l’activité des antioxydants, notamment de la vitamine C et des caroténoïdes.

Références :
Cui, J., Shen, Y., & Li, R. (2013). Estrogen synthesis and signaling pathways during aging: from periphery to brain. Trends in molecular medicine, 19(3), 197-209.
Farmer EE, Davoine C. Reactive electrophile species. Current Opinion in Plant Biology. 2007;10:380-386.
Hodges, R. E., & Minich, D. M. (2015). Modulation of Metabolic Detoxification Pathways Using Foods and Food-Derived Components: A Scientific Review with Clinical Application. Journal of Nutrition and Metabolism, 2015, 760689.
Kim, J. K., & Park, S. U. (2016). Current potential health benefits of sulforaphane. EXCLI journal, 15, 571-577.
Stocco C. (2011). Tissue physiology and pathology of aromatase. Steroids, 77(1-2), 27-35.
Thomas, M. P., & Potter, B. V. (2013). The structural biology of oestrogen metabolism. The Journal of steroid biochemistry and molecular biology, 137, 27-49.

Product-Slot2_FN