La vitamine D est un nutriment essentiel. De façon générale, les rayons du soleil nous fournissent la vitamine D dont nous avons besoin, d’où son surnom de « vitamine soleil ». Malheureusement, deux principaux facteurs empêchent la plupart des Canadiens d’en obtenir en quantités suffisantes. Premièrement, les préoccupations modernes concernant les effets négatifs d’une exposition au soleil signifient que les Canadiens ont tendance à restreindre le temps passé au soleil. Deuxièmement, le Canada est un pays nordique où la quantité de soleil est très limitée au cours des mois d’hiver. Des experts en santé croient qu’autant que 80 % des Canadiens n’obtiennent pas assez de vitamine D pendant les mois d’hiver, soit d’octobre à mars.1 Cité dans le Globe & Mail, le Dr Rohan Gunasingham a précisé, « À partir de maintenant [en octobre], si vous habitez à Toronto, oubliez le soleil. Vous n’en tirerez pas de vitamine D même si vous étiez dehors entièrement nu ».2

 

Un apport insuffisant en vitamine D est associé à de graves maladies

 

Alors, comment pouvons-nous nous assurer d’obtenir des quantités suffisantes de cette vitamine? Des études ont démontré que la complémentation en vitamine D, surtout en D3 est une façon efficace d’obtenir de la vitamine D.3 Les coûts associés à un manque de vitamine D sont importants.

 

De faibles niveaux de vitamine D sont associés aux éléments suivants :

  • Plus d’une douzaine de types différents d’affections malignes, incluant celles du sein, de la prostate, du colon, du pancréas, des ovaires et des intestins.4
  • Une faible densité osseuse et une mauvaise absorption du calcium.12
  • Un faible niveau d’énergie et une humeur déprimée en raison du TAS (trouble affectif saisonnier) pendant les mois d’hiver.1, 14
  • Une insuffisance cardiaque congestive.9
  • Des maux de dos, des douleurs musculaires et une inflammation douloureuse des articulations, surtout chez les aînés.1
  • Une plus grande incidence de chutes chez les aînés.5

 

De quelle quantité de vitamine D avons-nous besoin?
De récentes études suggèrent qu’un niveau de 1 000 U.I. par jour est nécessaire pour prévenir les maladies graves, bien que de nouvelles études donnent des preuves que des quantités supérieures à 1 500 U.I. peuvent être appropriées.3,4 Santé Canada recommande une limite de 1 000 U.I. par jour, alors que la National Academy of Sciences, basée aux É.-U. a établi la limite maximale de consommation de vitamine D à 2 000 U.I. par jour. Certaines sources suggèrent que des quantités supérieures 2 000 U.I. par jour peuvent entraîner une absorption de calcium trop grande, ce qui peut nuire au foie et aux reins.6

Pour optimiser les effets de prévention des maladies graves offerts par la vitamine D, on a suggéré qu’il était préférable d’ingérer la vitamine D séparément de la vitamine A (rétinol) en raison des effets de dilution des bienfaits de la vitamine D7. Les vitamines A et D sont souvent combinées dans les vitamines multiples. Des études démontrent que la plupart des Américains ne bénéficient que de 320 U.I. par jour et que les Canadiens bénéficient encore moins du soleil en raison de notre position nordique.3

 

Des études sur la vitamine D font les nouvelles

  • Selon une étude de l’université de la Californie à San Diego, la consommation de vitamine D est associée à une réduction de 50 % du risque de cancer du sein.3
    • Un rapport publié dans le Journal of Pathology suggère que la vitamine D peut ralentir la progression du cancer du sein en prévenant la multiplication des cellules cancéreuses.8
    •          Selon une étude menée au Mount Sinaï Hospital à Toronto, l’exposition aux rayons du soleil producteurs de vitamine D affiche une corrélation avec une réduction de 25 % à 45 % du risque de cancer du sein.3
    •          La vitamine D est un anti-inflammatoire efficace qui peut être utilisée pour le traitement de l’insuffisance cardiaque congestive.9
    •          La vitamine D provenant du soleil accroît la longévité des patients cancéreux, y compris ceux qui souffrent du cancer du poumon.11
    •          Une étude globale sur le cancer de la Harvard School of Public Health indique que les personnes dont l’absorption de vitamine D était élevée avaient réduit leur taux d’incidence du cancer de 17 % et le taux des décès dus au cancer de 29 %.4
    •          La vitamine D peut réduire le risque de diabète de type 2.13
    •          Les universités Northwestern et Harvard indiquent une réduction de 43 % du risque de cancer du pancréas chez les personnes qui absorbent des quantités suffisantes de vitamine D.7
    •          Comme semble l’indiquer une étude récente de la Vrije Universiteit d’Amsterdam, les personnes âgées qui manquent de vitamine D sont plus susceptibles de faire une chute que celles qui consomment suffisamment de vitamine D. Les chutes sont une cause importante de décès chez les personnes âgées.5
    •          La vitamine D empêche le développement des tumeurs en facilitant le développement adéquat des cellules et en empêchant les vaisseaux sanguins d’alimenter les tumeurs.7,8,10
    •          La vitamine D participe à la lutte contre les troubles affectifs saisonniers. Certaines études ont démontré que l’ingestion de suppléments de vitamine D est plus efficace que la thérapie par la lumière pour réduire les symptômes de la dépression saisonnière.14

Product-Custom_FRN

Références :
1. « Winter robs Canadians of essential Vitamin D », www.ctv.ca, 16 octobre 2006.
2. Mittlestaedt, Martin, « Get your sunshine vitamins », Globe & Mail, 14 octobre 2006.
3. « Vitamin D lowers risk of breast cancer, study says », Associated Press, 4 avril 2006.
4. « Low Vitamin D Levels Associated With Increased Total Cancer Incidence », www.medicalnewstoday.com, Journal of the National Cancer Institute, 2006, 98, p. 451-459.
5. « Vitamin D and the risk of falling over », www.channelnewsasia.com, 3 octobre 2006.
6. « Vitamin D can lower cancer risk », http://news.bbc.co.uk/1/hi/health/4563336.stm.
7. « Vitamin D lowers risk of pancreatic cancer in study », Associated Press, 10 octobre 2006.
8. « Vitamin D may slow breast cancer », www.cbsnews.com, Journal of Clinical Pathology, 17 octobre 2006.
9. « Low vitamin D status: a contributing factor in the pathogenesis of congestive heart failure », université de Bonn, J Am Coll Cardiol, 1er janvier 2003, 41(1), p. 105-112.
10. « Cancer Survival Tied to Season of Diagnosis, Sunlight Exposure », Reuters Health, 10 octobre 2006.
11. International Journal of Cancer, 2006, 119, p. 1530-1536.
12. « Vitamin D could cut elderly falls », http://news.bbc.co.uk/2/hi/health/4247995.stm.
13. « ‘Sunshine vitamin’ may ward off breast cancer », MSNBC News Services, 11 mai 2006.
14. Gloth, F. M. 3rd, Alam, W. et Hollis, B., The Department of Medicine, The Union Memorial Hospital, Baltimore (Maryland), 21218-2895, États-Unis, J Nutr Health Aging, 1999, 3(1), p. 5-7.