En 1958, le Dr Ananda Prasad a eu un patient de 21 ans d’un village iranien qui s’est présenté comme un garçon prépubère avec des organes sexuels sous-développés et une absence de poils sur le corps. En 1963, son équipe a découvert que cela était dû, en grande partie, à une carence en zinc. C’est ainsi qu’une décennie plus tard, le premier apport quotidien recommandé (AQR) de zinc a été établi.

Les nombreux rôles du zinc

Depuis, nous avons découvert les nombreux bienfaits du zinc sur le corps. Il aide les vitamines A et D ainsi qu’un certain nombre d’hormones (sexe, stress et thyroïde) à faire leur travail. Le zinc active de nombreuses enzymes qui, à leur tour, offrent une protection antioxydante et un soutien immunitaire. Le zinc est nécessaire à la production d’oxyde nitrique qui permet de contrôler la tension artérielle. Il est également vital pour la composition de toutes les protéines. C’est énorme puisque tout dans le corps est soit fabriqué par des protéines, soit est des protéines. Par exemple, les protéines sont nécessaires pour lier et éliminer les métaux lourds de l’organisme.

De quelle quantité avons-nous besoin?

Santé Canada fixe l’apport quotidien recommandé (AQR) à 9 mg par jour pour les hommes adultes et à 8 mg par jour pour les femmes adultes. Ces quantités sont jugées suffisantes pour prévenir les carences chez la plupart des individus adultes en bonne santé. Cependant, l’absence d’indicateurs sensibles de l’état nutritionnel du zinc chez l’homme rend difficile la détermination du niveau d’apport en zinc le plus susceptible de favoriser une santé optimale. Certains experts affirment que certains individus, notamment les culturistes ou les personnes suivant un régime végétalien strict, ne se développeraient pas avec ces niveaux.

Qui pourrait souffrir d’une carence?

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que la moitié de la population mondiale est exposée au risque d’une carence en zinc. Habituellement, le premier signe d’une légère carence en zinc est une sécheresse de la peau. Les symptômes classiques d’une carence en zinc sont la peau sèche, l’acné sévère, le mal de gorge et la diarrhée (secondaire à une infection). Ces symptômes sont liés au rôle important du zinc sur la santé de la peau et l’immunité. Bien que le taux de zinc puisse être mesuré par une analyse sanguine, les méthodes actuelles sont trop rudimentaires pour détecter les carences marginales. Les populations et les états pathologiques suivants peuvent exposer les personnes à un risque plus élevé d’une carence en raison d’une réduction de l’apport alimentaire, de l’absorption, de la rétention ou de la perte, et/ou d’un besoin accru :

  • les diabétiques
  • les alcooliques
  • les personnes souffrant de troubles digestifs (maladie de Crohn, cœliaque, syndrome de l’intestin court)
  • les personnes souffrant de diarrhées ou de vomissements persistants
  • les végétaliens/végétariens
  • les personnes ayant une alimentation déséquilibrée et consommant des aliments transformés (par exemple : excès de sucre, de gras ou d’alcool)
  • les femmes enceintes ou qui allaitent
  • les nourrissons/adolescents
  • d’autres personnes (altération de la méthylation, défauts génétiques rares, etc.)

L’alimentation est la clé

La raison la plus fréquente d’une carence en zinc est un régime alimentaire déséquilibré. Les meilleures sources de zinc sont les produits animaux (à l’exception du fromage), surtout les huîtres, la viande rouge et les abats. Pour de nombreuses raisons (environnement, santé et bien-être des animaux), les gens optent pour une alimentation à base de plantes. Les régimes végétariens et végétaliens sont riches en phytates, qui sont des bloqueurs de nutriments qui rendent les minéraux comme le zinc plus difficiles à absorber. Un régime végétal équilibré et non transformé, bien planifié et bien exécuté, devrait théoriquement fournir assez de zinc. Le trempage, la germination et la fermentation des noix, des graines et des céréales peuvent contribuer à réduire la teneur en phytates.

Des études sur le zinc

De nombreux essais cliniques ont prouvé que les suppléments de zinc peuvent contribuer à traiter différentes maladies, notamment celles causées ou aggravées par une carence. Vous trouverez ci-après quelques-unes des utilisations cliniquement validées d’une supplémentation en zinc :

  • Carence en zinc
  • Dépression résistante aux traitements
  • Peau (acné, cicatrisation des plaies, psoriasis)
  • Diabète de type II
  • Progression retardée de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA)

À propos du picolinate de zinc

Les suppléments de zinc se présentent sous de nombreuses formes. Le picolinate de zinc est considéré comme l’une des formes les plus biodisponibles, contrairement aux formes mal absorbées comme l’oxyde de zinc. Le picolinate de zinc est du zinc qui est lié à un acide organique appelé acide picolinique. Ce complexe facilite le passage du zinc à travers la paroi gastro-intestinale et dans le système circulatoire afin qu’il puisse être facilement transporté et utilisé par l’organisme. De nombreux prestataires de soins de santé complémentaires préfèrent cette forme.

Attention : La prise de grandes quantités de zinc (50 mg par jour ou plus) sur une période de plusieurs semaines peut nuire à la biodisponibilité du cuivre. En cas de prise de fortes doses de zinc pendant des périodes prolongées, il est considéré comme une bonne pratique de maintenir un rapport zinc/cuivre compris entre 15 pour 1 et 2 pour 1.  

References:
https://examine.com/supplements/zinc
https://masterpass.chrismasterjohnphd.com/courses/vitamins-and-minerals-101-premium/
https://lpi.oregonstate.edu/mic/minerals/zinc#deficiency-risk

Picolinate de zinc de NOW


Au sujet de l’auteur : Thalia Charney

“Thalia

Thalia Charney est une une conférencière et l’auteure de The Confident Food Shopper: The Guide to Food Labels and Fables. En tant que gestionnaire de l’éducation en nutrition et en santé chez Puresource (NOW® Health Group Canada), elle enseigne comment les produits de santé naturels peuvent favoriser une santé optimale et le mieux-être.