Les graines de lin possèdent une longue histoire, tant dans l’Antiquité du Proche-Orient qu’en Asie. Le lin est utilisé à l’intérieur du corps pour aider aux problèmes digestifs, notamment la constipation et, à l’extérieur, comme cataplasme à l’inflammation et comme tissu dans les vêtements. Le roi français Charlemagne avait une haute opinion du lin au point où il a passé une loi exigeant que ses sujets mangent des graines de lin pour leur santé.

De nos jours, le lin est une importante culture marchande au Canada. En 2009-2010, Le Canada a produit près de 930 000 tonnes de lin, et en moyenne 750 000 chaque année. La Chine, l’UE et les É.-U. sont les principaux acheteurs du lin canadien. Pourquoi est-il devenu un produit si populaire? Les graines de lin sont une précieuse source d’acides gras essentiels (AGE) oméga-3 et oméga-6. Les AGE sont des nutriments essentiels que notre corps ne peut fabriquer par lui-même et qui doivent provenir de notre alimentation. Les AGE jouent un rôle important comme composante de base des cellules de notre corps et ils sont surtout importants pour la peau, le cerveau, le cœur et la santé immunitaire. Les sources d’oméga-3 sont plutôt rares en comparaison à celles des oméga-6, surtout pour les végétaliens ou les végétariens qui ne consomment pas de poisson. Le lin contient des oméga-3 et des oméga-6 dans une proportion d’environ 5 pour 1 en faveur des oméga-3. Cependant, notre alimentation nord-américaine type peut en contenir autant que 32 pour 1 en faveur des oméga-6, en raison du fait que les huiles d’oméga-6 sont courantes. 10 ml (2 c. à thé) d’une huile de lin de bonne qualité fournit 5 g d’oméga-3. Les oméga-3 dans l’huile de lin sont appelés de l’acide alpha-linolénique (AAL); une fois digérée, l’AAL peut être convertie en d’autres formes d’oméga-3, notamment de l’ADH et de l’AEP retrouvées dans l’huile de poisson.

L’huile de lin est un aliment qui fournit de grandes quantités d’AAL alors que l’huile de poisson est un complément qui fournit de plus petites quantités d’ADH et d’AEP. Tous ces acides gras oméga-3 jouent un rôle dans le corps. On a découvert lors d’études que l’AAL est spécialement bénéfique pour la santé cardiovasculaire pour réduire l’inflammation, prévenir le durcissement des artères, équilibrer la pression sanguine et améliorer le profile des lipides. Les recherches indiquent également que l’AAL peut être transformée en AEP à un taux d’environ 5 à 10 % et en ADH à un taux d’environ 2 à 5 %. Cette conversion dépend de nombreux facteurs, notamment l’alimentation (cette conversion est plus facile chez les végétariens que chez les carnivores), le sexe (les femmes réussissent mieux cette conversion que les hommes), la génétique et l’état de santé (certaines conditions de santé comme l’eczéma et le diabète peuvent être liés à une conversion moindre). De plus, en comparant l’huile de lin à l’huile de poisson, évidemment, l’huile de lin ne nécessite pas la même quantité de transformation que l’huile de poisson, elle est plus durable à long terme et n’est pas exposée au même niveau de polluants océaniques que l’huile de poisson.

Comme la plupart des huiles, il est préférable de consommer l’huile de lin provenant des aliments. Il existe de nombreuses façons de l’inclure dans l’alimentation. Cependant, les oméga-3 sont fragiles; la chaleur, la lumière et l’oxygène peuvent les endommager au fil du temps. L’huile de lin ne devrait jamais être utilisée pour cuisiner ou frire des aliments. Mais, elle peut être ajoutée aux aliments tout juste avant de les chauffer. Elle doit être réfrigérée lorsqu’elle n’est pas utilisée et, de façon générale, elle doit être utilisée dans un délai de 8 semaines après l’ouverture pour en garantir la fraîcheur maximale. Dans les salades et les boissons fouettées, sur des pâtes, avec plats de riz et de légumes et avec du gruau, des fruits et du yogourt sont certaines des manières populaires d’utiliser l’huile de lin dans l’alimentation. Habituellement l’huile a un léger goût de noix avec un soupçon d’amertume à la fin, ce qui peut varier un peu selon la récolte de l’année. C’est une façon très facile et économique de commencer à consommer plus d’oméga-3 sains dans votre alimentation, surtout pour les personnes qui mangent peu ou pas de poisson.

Préparez un pesto est l’une des façons les plus délicieuses d’utiliser l’Huile de lin biologique de Flora. Le pesto peut se conserver pendant une ou deux semaines, ou être ajouté aux aliments après avoir été retiré de la source de chaleur (pour préserver les bienfaits de l’huile), notamment à des céréales, des légumes à la vapeur, des pâtes, des vinaigrettes, des salades, des sandwichs, etc.

pesto-recipe-image_f

Pesto à l’huile de lin

Ingrédients :
1 tasse de noix de Grenoble
¼ tasse d’Huile de lin biologique canadienne à 100 % de Flora
¼ tasse de bonne huile d’olive
1 tasse de persil plat frais, bien tassé
1 tasse de parmesan râpé
1 petite gousse d’ail râpée
Sel de mer et poivre fraîchement moulu au goût

Instructions :
1. À la main, hachez finement les noix et le persil. Placez tous les ingrédients dans un bol de format petit-moyen et mélangez-les bien. À l’aide du mélangeur, placez tous les ingrédients dans le mélangeur ou un robot culinaire et pulsez en vous assurant de ne pas transformer les ingrédients en purée (préservez un peu de texture).
2. Ajoutez ou mélangez à des aliments ou rangez dans un contenant en verre hermétique au réfrigérateur.

par Robert Dadd

Product-Prime_FR


Au sujet de l’auteur : Robert Dadd

“Robert

Robert détient un B.A. en communications de l’Université Simon Fraser et un diplôme de maître herboriste du Dominion Herbal College. Il travaille pour Flora Manufacturing and Distributing en tant que superviseur de l’information sur les produits. Il a écrit de nombreux articles pour des publications aux É.-U. et au Canada, notamment alive, Taste for Life, Tonic et Viva magazine. Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter florahealth.com