La vitamine D est un nutriment essentiel. De façon générale, les rayons du soleil nous fournissent la vitamine D dont nous avons besoin, d’où son surnom de « vitamine soleil ». Malheureusement, deux principaux facteurs empêchent la plupart des Canadiens d’en obtenir en quantités suffisantes. Premièrement, les préoccupations modernes concernant les effets négatifs d’une exposition au soleil signifient que les Canadiens ont tendance à restreindre le temps passé au soleil. Deuxièmement, le Canada est un pays nordique où la quantité de soleil est très limitée au cours des mois d’hiver. Des experts en santé croient qu’autant que 80 % des Canadiens n’obtiennent pas assez de vitamine D pendant les mois d’hiver, soit d’octobre à mars.1 Cité dans le Globe & Mail, le Dr. Rohan Gunasingham a précisé, « À partir de maintenant [en octobre], si vous habitez à Toronto, oubliez le soleil. Vous n’en tirerez pas de vitamine D même si vous étiez dehors entièrement nu ».2

Alors, comment pouvons-nous nous assurer d’obtenir des quantités suffisantes de cette vitamine? Des études ont démontré que la complémentation en vitamine D, surtout en D3 est une façon efficace d’obtenir de la vitamine D.3 Les coûts associés à un manque de vitamine D sont importants.

De faibles niveaux de vitamine D sont associés aux éléments suivants :
• Plus d’une douzaine de types différents d’affections malignes, incluant celles du sein, de la prostate, du colon, du pancréas, des ovaires et des intestins4
• Une faible densité osseuse et une mauvaise absorption du calcium5
• Une modulation immunitaire affaiblie6
• Une incidence de somnolence pendant la journée7
• Des maux de dos, des douleurs musculaires et une inflammation douloureuse des articulations, surtout chez les aînés1
• Un faible niveau d’énergie surtout pendant les mois d’hiver1
• Une plus grande incidence de chutes chez les aînés8

De quelle quantité de vitamine D avons-nous besoin?
De récentes études suggèrent qu’un niveau de 1 000 U.I. par jour est nécessaire pour prévenir les maladies graves, bien que de nouvelles études donnent des preuves que des quantités supérieures à 1 500 U.I. peuvent être appropriées.3,4 Santé Canada recommande une limite de 1 000 U.I. par jour, alors que la National Academy of Sciences, basée aux É.-U. a établi la limite maximale de consommation de vitamine D à 2 000 U.I. par jour. Certaines sources suggèrent que des quantités supérieures 2 000 U.I. par jour peuvent entraîner une absorption de calcium trop grande, ce qui peut nuire au foie et aux reins.9
Des études démontrent que la plupart des Américains ne bénéficient que de 320 U.I. par jour et que les Canadiens bénéficient encore moins du soleil en raison de notre position nordique.3 La forme D3 de la vitamine D, également connue sous le nom de cholécalciférol, est considérée comme étant la plus efficace et la mieux utilisée par le corps que la forme D2.

Des études sur la vitamine D font les nouvelles
Il semble que presque toutes les semaines de nouvelles études sur le sujet sont publiées. Vous trouverez ci-après un résumé de certains des récents grands titres et de certaines des récentes recherches :

  • Une étude publiée en 2007 dans l’American Journal of Clinical Nutritiona découvert une réduction importante du risque global de cancer chez les femmes post-ménopausées qui prenaient de la vitamine D et du calcium.10
  • Les adultes à plus haut risque d’avoir un faible niveau de vitamine D devraient considérer prendre un complément de vitamine D de 1 000 U.I. par jour pendant toute l’année. Ces personnes comprennent celles qui …
    • sont plus âgées;
    • ont la peau foncée;
    • ne vont pas dehors souvent, et
    • portent des vêtements couvrant presque toute leur peau.
  • La vitamine D est un anti-inflammatoire efficace à utiliser pour favoriser la santé cardiovasculaire.11
  • Selon ce que suggère une étude de Vrije Universiteit à Amsterdam, les adultes plus âgés ayant une carence en vitamine D ont un plus grand risque de chute en comparaison à ceux qui en consomment assez. Les chutes sont des causes importantes de mortalité chez les aînés.
  • La vitamine D peut contribuer à combattre les troubles affectifs saisonniers. Certaines études ont démontré que la complémentation en vitamine D est plus efficace que la luminothérapie pour réduire les symptômes des blues de l’hiver.12
Références:
1. “Winter robs Canadians of essential Vitamin D”, www.ctv.ca, Oct. 16, 2006

2. Mittlestaedt, Martin “Get your sunshine vitamins,” Globe & Mail, Oct. 14, 2006.
3. “Vitamin D lowers risk of breast cancer, study says”, Associated Press, April 4, 2006
4. “Low Vitamin D Levels Associated With Increased Total Cancer Incidence”, www.medicalnewstoday.com, Journal of the National Cancer Institute, 2006; 98:451-459)
5. “Vitamin D could cut elderly falls” http://news.bbc.co.uk/2/hi/health/4247995.stm
6. Daniells, Stephen, “Vitamin D’s immune benefits: Cold, flu and beyond”, Nutra-Ingredients.com Oct. 18, 2012.

7. Gray, Nathan, “Significant link between daytime sleepiness and low vitamin D” Nutra-Ingredients.com Oct. 18, 2012.
8. “Vitamin D and the risk of falling over”, www.channelnewsasia.com, Oct. 3, 2006
9. “Vitamin D can lower cancer risk”, http://news.bbc.co.uk/1/hi/health/45633336.stm
10. Joan M Lappe, Joan M, Dianne Travers-Gustafson, K Michael Davies, Robert R Recker, and Robert P Heaney “Vitamin D and calcium supplementation reduces cancer risk:results of a randomized trial”, Am J Clin Nutr 2007;85:1586 –91.

11. “Low vitamin D status: a contributing factor in the pathogenesis of congestive heart failure?” University of Bonn, J Am Coll Cardiol. 2003 Jan 1;41(1):105-12.
12. Gloth FM 3rd, Alam W, Hollis B, The Department of Medicine, The Union Memorial Hospital, Baltimore, Maryland 21218-2895, USA. J Nutr Health Aging 1999; 3(1):5-7.Product-Slot4_FR

Au sujet de l’auteur : Le réseau Health First

“Health

Le réseau Health First est le groupe de membres détaillants indépendants de santé et de mieux-être, chef de file au Canada, et le fournisseur exclusif de la marque de compléments de qualité supérieure Health First. Le réseau compte plus de 124 membres propriétaires exploitants à travers le pays. Apprenez-en davantage au healthfirst.ca