Vous trouverez ci-après un aperçu du lien entre les intestins, le cœur et le cerveau :

1. Des recherches médicales suggèrent que jusqu’à 90 % de toutes les maladies et affections sont liées au stress. Le stress chronique vous expose à un risque de troubles cardiovasculaires, de maladies métaboliques (obésité du diabète, maladie d’Alzheimer) et de troubles mentaux comme la dépression, l’anxiété, les troubles de l’apprentissage et les problèmes de mémoire, notamment les démences. Le stress contribue également aux déséquilibres du microbiome intestinal.

2. Le déséquilibre microbien de l’intestin (dysbiose) provoque une inflammation locale et systémique, entraînant une inflammation dans le cerveau et le cœur. Nous savons maintenant que l’inflammation est la cause principale des maladies cardiaques et l’une des principales causes des troubles mentaux. Divers facteurs perturbent l’équilibre du microbiome intestinal, notamment un taux élevé de sucre et de glucides raffinés; les antibiotiques et les antiacides; le stress chronique; les toxines environnementales; le manque de probiotiques et de prébiotiques dans l’alimentation.

3. Les scientifiques suggèrent que les bactéries intestinales font partie d’un système complexe qui maintient la pression artérielle du corps, et des essais cliniques démontrent que les probiotiques et les aliments fermentés à l’aide de probiotiques peuvent grandement réduire la pression artérielle chez les sujets hypertendus.

4. Une pression artérielle élevée non contrôlée endommage la structure et le fonctionnement du cerveau chez des individus aussi jeunes que 40 ans. Les personnes souffrant d’hypertension présentaient un vieillissement cérébral accéléré, une fonction cognitive réduite et un risque accru de démence vasculaire. C’est choquant, et les enfants et les adolescents constituent le tout nouveau groupe à risque de développer des maladies cardiovasculaires.

Il est intéressant de noter que 50 % des personnes ayant souffert d’une crise cardiaque avaient un taux de cholestérol normal et que 25 % des personnes ayant eu une crise cardiaque prématurée ne présentaient aucun facteur de risque traditionnel. L’interaction entre le cœur et l’intestin doit être prise en compte pour prévenir les maladies cardiovasculaires.

Que pouvons-nous faire pour soutenir notre cœur et notre cerveau?

  • Soutenir les organes adaptatifs au stress dans le corps à l’aide d’un supplément surrénalien.
  • Soutenir le microbiome intestinal à l’aide de fibres prébiotiques et d’aliments tels que des produits fermentés (kimchi, kombucha, choucroute, yogourt, etc.).
  • Boire de l’eau – Elle est essentielle et prévient la déshydratation, augmente la circulation sanguine et contribue à éliminer les toxines. Même une légère déshydratation peut affecter les performances mentales.
  • Suivre le régime méditerranéen – Il prévient les troubles métaboliques, les maladies cardiovasculaires et la démence.
  • Faire de L’EXERCICE – Parmi tous les facteurs de risque de maladie cardiaque et d’accident vasculaire cérébral, l’inactivité physique est la plus répandue. L’exercice prévient non seulement les problèmes de mémoire, mais il peut aussi réellement contribuer à faire reculer le vieillissement du cerveau.
  • Éviter les sucres, les glucides raffinés et les mauvais gras; ces aliments contribuent à l’inflammation et aux déséquilibres intestinaux et ils compromettent la santé du cerveau et du cœur.

Il existe également de nombreux suppléments naturels disponibles dans les magasins d’aliments naturels qui peuvent contribuer à la santé du cœur et du cerveau. Certains d’entre eux comprennent les suivants :

  • Le magnésium – 34 % des Canadiens en manquent. Il peut affecter les troubles mentaux et l’activité électrique du cœur.
  • Les oméga-3 peuvent contribuer à prévenir l’inflammation qui affecte la santé du cerveau et du cœur.
  • Le resvératrol, un anti-oxydant retrouvé dans des aliments comme les arachides, les pistaches, les raisins, le vin rouge, les myrtilles, les canneberges et le cacao, peut contribuer au traitement de troubles métaboliques, de maladies cardiovasculaires et du déclin cognitif.
  • Le bacopa protège le corps contre les effets négatifs du stress mental et physique et il a démontré améliorer la cognition et réduire l’anxiété et la dépression.
  • Le ginkgo contribue à augmenter le flux sanguin vers le cerveau et à améliorer la mémoire. Il est contre-indiqué aux personnes prenant des anticoagulants.
  • La PQQ (pyrroloquinoléine quinone) est un anti-oxydant extrêmement puissant qui protège le corps contre les effets dévastateurs des toxines. Il a démontré protéger contre le déclin cognitif.

L’interaction entre l’intestin, le cœur et le cerveau doit être considérée comme un élément fondamental pour la santé du cœur et la fonction cérébrale.

par Karen Jensen, ND
Références :
Thushara RM, Gangadaran S, Solati Z, et al. Cardiovascular benefits of probiotics: a review of experimental and clinical studies. Food Funct. 2016 Feb;7(2):632-42.
Fabio S Pimentaa FS, Luaces-Regueirab M, Tona AM, et al. Mechanisms of Action of Kefir in Chronic Cardiovascular and Metabolic Diseases. Cell Physiol Biochem 2018;48:1901-1914.
Jose PA, Raj D. Gut microbiota in hypertension. Curr Opin Nephrol Hypertens.  2015 Sep;24(5):403-9.
Upadrasta A, Madempudi RS.  Probiotics and blood pressure: current insights. Integr Blood Press Control. 2016 Feb 25;9:33-42. 2016
Eby GA, Eby KL. Rapid recovery from major depression using magnesium treatment. Med Hypotheses. 2006; 67(2):362-70.
Estruch R, Martínez-González MA, Corella D, et al. Effect of a high-fat Mediterranean diet on bodyweight and waist circumference: a prespecified secondary outcomes analysis of the PREDIMED randomised controlled trial. The Lancet Diabetes & Endocrinology. 2016.
Kempton MJ, Ettinger U, Foster R, et al. Dehydration affects brain structure and function in healthy adolescents. Hum Brain Mapp. 2011; 32(1):71-9.
Lewis MD, Hibbeln JR, Johnson JE, et al. Suicide deaths of active-duty US military and omega-3 fatty-acid status: a case-control comparison. J Clin Psychiatry. 2011; 72(12):1585-90.
Ma T, Tan MS, Yu JT, et al. Resveratrol as a therapeutic agent for Alzheimer’s disease. Biomed Res Int. 2014; 2014:350-516.

Au sujet de l’auteur : Karen Jensen

Karen Jensen

Karen Jensen, ND, a obtenu son diplôme du Collège canadien de médecine naturopathique en 1988. Elle est une conférencière reconnue et a beaucoup écrit pour des magazines sur la santé au Canada et aux États-Unis. Elle est auteure ou co-auteure de 7 ouvrages, dont le plus récent, Women’s Health Matters: The Influence of Gender on Disease. Bien qu’elle soit actuellement à la retraite après 25 ans de pratique clinique, elle continue d’écrire des livres et des articles sur l’approche naturopathique du bien-être.