Choisir des ingrédients à base de plantes signifie plus que d’être « végétalien » ou « végétarien ». Choisir de soutenir des produits certifiés biologiques, sans OGM ou provenant d’animaux véritablement nourris à l’herbe surpasse simplement « manger propre ». Ce que vous choisissez d’acheter et de consommer va au-delà de ce que vous en tirez – que signifient tous ces choix pour notre planète? Opter pour des protéines végétales ou des suppléments provenant d’alimentaires entiers, rechercher des produits certifiés par des tiers ou des marques certifiées B-Corp, choisir de réutiliser ou de recycler les emballages et de manger des aliments saisonniers sont des habitudes durables qui privilégient votre santé et la santé de notre planète.

Un mantra quotidien : « Les plantes avant les aliments transformés, le vrac par rapport au plastique »
Les aliments transformés contiennent non seulement plus de sel, de sucres, de gras et d’agents de conservation ajoutés que leurs homologues naturels, mais ils nécessitent également plus d’énergie, plus de systèmes opérationnels et plus d’emballages excédentaires pour être créés.1 Dans une récente étude canadienne, il a été démontré que 87 % des déchets plastiques se retrouvent dans des sites d’enfouissement ou l’environnement, et que 47 % de ces déchets proviennent des emballages.2 À partir de fruits emballés individuellement dans de la cellophane ou préemballés dans l’allée des fruits et des légumes, en passant par l’approvisionnement sans fin de sacs en plastique à la caisse, le plastique est partout. « Quelle différence peut faire un seul sac en plastique? » ont demandé 7 milliards de personnes. Pour donner la priorité à la durabilité, essayez de choisir des fruits et des légumes frais avant de choisir une barre-collation contenant des sucres cachés et enveloppée dans du plastique. De plus, choisissez à la main vos fruits et vos légumes et apportez vos propres contenants pour les petits articles en vrac, comme les noix ou les graines, et évitez les options préemballées.

« A B C, c’est aussi simple que la saisonnalité » …
Pouvoir acheter des baies en hiver ou des courges en été est une bonne idée. Cependant, produire ces fruits et ces légumes hors de leur saison de croissance naturelle nécessite quelques éléments peu durables : plus de pesticides, plus d’engrais, plus de chauffage ou d’éclairage artificiel et une augmentation des émissions de carburant des transports internationaux. L’avantage de manger des aliments saisonniers est la réduction à long terme des émissions de gaz à effet de serre et de la pollution inutile, se révélant plus durable pour l’agriculture, puisque les sols restent nourris et la qualité de l’air reste propre. Acheter de façon saisonnière est non seulement plus propre et plus durable pour la terre, mais c’est plus durable pour votre portefeuille! Les fruits et les légumes locaux et saisonniers sont non seulement moins cher, mais plus frais et de meilleure qualité. En comparaison aux produits importés ou hors saison, ils sont plus susceptibles d’être biologiques et exempts de produits chimiques de croissance et de maturation.3

Soyez à l’affût de B-Corp!
Pour devenir certifiée B-Corp, une marque doit garantir la transparence de ses produits et de ses pratiques de fabrication, ainsi que leur impact environnemental et sociétal ultérieur. Par conséquent, le soutien d’une marque certifiée B-Corp vous donne une assurance complète que l’entreprise suit des normes strictes en matière de durabilité environnementale et de bien-être social.4 Choisissez les marques certifiées B-Corp pour garder votre corps et notre écosystème en bonne santé.

Tout-en-un : tous les nutriments dans un seul emballage
Prêt à partir? Vous n’avez pas eu le temps de préparer vos repas? Affamé et fatigué en milieu de journée? Les collations achetées en magasin et les repas à emporter ne vous soutiennent souvent pas comme vous en avez besoin et leurs emballages en plastique ou en aluminium (et leurs ingrédients) ne sont pas durables pour l’environnement.1 Vous pouvez atteindre votre capacité d’alimenter vos réserves d’énergie et de nutriments, et réduire les déchets dus à un emballage excessif, en vous tournant vers un substitut de repas nutritionnel. Ajoutez tout simplement une portion de ce substitut dans une tasse ou une bouteille pour obtenir tous les nutriments dont vous avez besoin – sans frais ni gaspillage supplémentaires.

Vous n’avez pas besoin de dire « non » au petit-lait
Nous ne sommes pas tous identiques et, par conséquent, nous ne pouvons pas tous gérer le contenu fibreux des légumineuses et des céréales de la même manière, ce qui rend plus difficile le recours à ces seules sources de protéines végétales. La bonne nouvelle, c’est que vous pouvez toujours pratiquer la durabilité et vous assurer d’obtenir les ingrédients les plus propres en recherchant une poudre de protéines de lactosérum certifiée sans OGM et provenant véritablement d’animaux nourris à l’herbe. Les sources de protéines d’animaux nourris à l’herbe ou élevés en pâturage reflètent un profil nutritionnel de meilleure qualité, avec plus d’acides gras oméga-3 et d’antioxydants, tout en produisant moins de produits chimiques agricoles et de résidus d’antibiotiques.5

 

Références :

1Kroyer G. Th. (1995). Impact of food processing on the environment—an overview. LWT – Food Science and Technology, 28(6), 547-552. doi: 10.1016/0023-6438(95)90000-4

2Environment and Climate Change Canada. (2020). Economic Study of the Canadian Plastic Industry, Markets and Waste, i-12. Retrieved from: http://publications.gc.ca/collections/collection_2019/eccc/En4-366-1-2019-eng.pdf.

3Macdiarmid, J. (2014). Seasonality and dietary requirements: Will eating seasonal food contribute to health and environmental sustainability? Proceedings of the Nutrition Society, 73(3), 368-375. doi:10.1017/S0029665113003753

4Certified B Corporation. (2020). Certification. Retrieved from: https://bcorporation.net/certification.

5Meyer, N., & Reguant-Closa, A. (2017). “Eat as If You Could Save the Planet and Win!” Sustainability Integration into Nutrition for Exercise and Sport. Nutrients9(4), 412. doi:10.3390/nu9040412