Que vous attendiez avec impatience la fin de vos cycles mensuels ou que vous soyez moins enthousiaste à leur sujet, la plupart des femmes savent que la ménopause marque la fin de leur fertilité. Cette transition majeure de la vie se produit généralement au début de la cinquantaine et se caractérise par une année sans règle. Mais, la ménopause ne survient pas du jour au lendemain. Elle se pointe en suivant un chemin potentiellement long et sinueux menant à cette étape importante dans la vie d’une femme qui peut durer pendant des années, et elle peut devenir une course folle!

 

Une périménopause imprévisible de façon prévisible

 

Après environ 30 ans de régularité moyenne depuis vos premières règles, les symptômes de la périménopause peuvent vous amener à remettre en question tout ce que vous pensiez savoir sur votre corps. Pas deux mois, ni même deux jours ne sont pareils. Des fluctuations soudaines de l’œstrogène peuvent provoquer des bouffées de chaleur ou des sueurs nocturnes. Les sautes d’humeur, les troubles du sommeil, la fatigue et les larmes faciles deviennent la nouvelle normalité.

 

Pendant ce temps, vos ovaires font un cha-cha-cha; certains mois, vos ovaires rejettent deux ovocytes. D’autres mois, aucun œuf n’est libéré. Les cycles menstruels peuvent sembler être à quelques minutes d’intervalle ou être séparés par tant de temps que vous pensez « ça y est, ça doit être ça » et, ensuite, vos menstruations reviennent à l’improviste un jour où vous n’y êtes pas du tout préparé. Pour certaines femmes, les symptômes ne durent qu’un an. D’autres peuvent ressentir des symptômes périménopausiques pendant une décennie ou plus. Heureusement, vous pouvez prendre le contrôle et contribuer à atténuer votre propre transition.

 

La carte du style de vie

 

Une transition en douceur implique de mettre l’accent sur la promotion d’une saine production d’œstrogènes et la réduction des œstrogènes nocifs. Nous pouvons le faire de deux manières. Premièrement, nous devons éviter toute exposition à des produits chimiques similaires aux œstrogènes que nous trouvons à l’extérieur de notre corps, appelés xénoestrogènes.

 

Une transition en douceur implique de mettre l’accent sur la promotion d’une saine production d’œstrogènes et la réduction des œstrogènes nocifs. Nous pouvons le faire de deux manières. Premièrement, nous devons éviter toute exposition à des produits chimiques semblables aux œstrogènes que nous trouvons à l’extérieur de notre corps, appelés xénoestrogènes. (Xeno signifie faux.) La structure moléculaire de ces perturbateurs hormonaux est suffisamment proche de celle de l’œstrogène pour qu’ils puissent se lier aux sites récepteurs de l’œstrogène dans le corps et y provoquer des conséquences néfastes. Certains des produits chimiques xénoestrogéniques les plus étudiés sont le BPA (bisphénol A), les phtalates et les parabènes.
Les sources courantes de xénoestrogènes comprennent les produits pour le soin du corps et les cosmétiques, les produits d’entretien ménager, les produits de jardinage et la décoration intérieure (peinture, bougies, désodorisants d’intérieur) ainsi que les viandes carbonisées. Choisissez des aliments et des produits biologiques pour limiter votre exposition.

 

Mais les perturbateurs endocriniens ne sont pas la seule source d’inquiétude. La recherche médicale a révélé que l’exposition des femmes à des œstrogènes naturels au cours de leur vie serait une cause probable de cancers associés aux œstrogènes, en particulier de cancers du sein et de l’endomètre. Notre corps peut contrecarrer ce processus par des processus naturels de détoxication dans le foie. Le problème, bien sûr, est que le foie est tellement occupé à nettoyer la pollution, les xénoestrogènes, les médicaments, les produits chimiques dans les aliments, l’alcool et d’autres toxines qu’il peut être trop sollicité. En tant que partenaire, mère et grand-mère, tante, fille, sœur, bénévole, amie, entrepreneure ou employée, vous pouvez probablement comprendre ce que votre foie pourrait penser de cette charge de travail!

 

Aimez votre foie

 

Allégez le fardeau de vos processus de détoxication naturels avec quelques simples changements alimentaires et de style de vie. Limitez ou évitez la caféine, les boissons alcoolisées et les viandes carbonisées et choisissez des aliments biologiques dans la mesure du possible. Améliorez votre fonction intestinale à l’aide d’une alimentation variée en fruits et légumes riches en fibres, car la constipation peut entraîner la réabsorption de l’œstrogène après sa transformation par le foie.

 

Vous devez absolument inclure les légumes crucifères, y compris le bok choy, le brocoli, les choux de Bruxelles, le chou, le chou kale et les navets. Ces légumes constituent de riches sources de composés soufrés appelés glucosinolates. Après s’être dégradés dans l’estomac, les glucosinolates produisent de l’indole-3-carbinole (I3C) qui se transforme ensuite en divers composés, notamment le 3,3′-diindolylméthane (DIM). Le I3C et le DIM interviennent dans le métabolisme et l’élimination de nombreux xénobiotiques, y compris les médicaments et les œstrogènes, et des études suggèrent que ces composés favorisent la santé des tissus mammaire, cervical et endométrial. Les pousses de brocoli, en particulier, sont riches en sulforaphane, un composé phytochimique qui stimule la production d’enzymes de détoxication qui éliminent les œstrogènes dans l’environnement.

 

Soulagez vos symptômes

 

Si vous considérez la détoxication du foie comme étant un voyage de toute une vie, vous pouvez considérer les nutriments de soutien comme étant des pauses confort tout au long du trajet. Les herbes qui calment les symptômes de la périménopause et de la ménopause comprennent l’actée à grappes noires pour les bouffées de chaleur et pour améliorer le sommeil. La baie de Chastetree (vitex) a démontré être utile pour l’humeur, les soucis excessifs, les fringales et le sommeil. La sauge et le Dong quai peuvent également réduire les bouffées de chaleur et la transpiration (sueurs nocturnes). De concert avec l’I3C et le DIM, ces herbes sont disponibles sous forme de supplément pour un soulagement facile – et un voyage plus confortable.

 

 

Références choisies :

Jiang, K., Jin,Y., Huang, L., Feng, S., Hou, X., Du, B.,  Zheng, J., & Li, L. (2015.) Black cohosh improves objective sleep in postmenopausal women with sleep disturbance, Climacteric, 18:4, 559-567, DOI: 10.3109/13697137.2015.1042450

Johnson, A., Roberts, L., & Elkins, G. (2019). Complementary and Alternative Medicine for Menopause. Journal of evidence-based integrative medicine24, 2515690X19829380. doi:10.1177/2515690X19829380

Kargozar, R., Azizi, H., & Salari, R. (2017). A review of effective herbal medicines in controlling menopausal symptoms. Electronic physician9(11), 5826–5833. doi:10.19082/5826

Niroumand, M. C., Heydarpour, F., & Farzaei, M. H. (2018). Pharmacological and Therapeutic Effects of Vitex agnus-castus L.: A Review. Pharmacognosy Reviews12(23), 103–114.

Sanlier N, Guler Saban M (2018) The Benefits of Brassica Vegetables on Human Health. Journal of Human Health Research, 1: 104, 1-13 http://article.scholarena.co/The-Benefits-of-Brassica-Vegetables-on-Human-Health.pdf

Santoro N. (2016). Perimenopause: From Research to Practice. Journal of women’s health (2002)25(4), 332–339. doi:10.1089/jwh.2015.5556

 

Bio

Lisa Petty, candidate au doctorat, est une experte du bien-être des femmes